Où placer son 13e mois ? 4 idées pour l'optimiser

Décembre 2018
Prime de fin d’année, 13e ou 14e mois… Vous avez peut-être reçu ce type de gratification de votre employeur ? Voici 4 pistes à explorer pour bien utiliser ce complément de revenu.

1. Qui paie ses dettes s’enrichit !


Plutôt que de dépenser votre 13e mois, pourquoi ne pas l’utiliser pour rembourser vos petits crédits en cours ? Cette manne tombe à pic pour remettre votre compte au vert, combler votre découvert, reconstituer votre crédit renouvelable ou solder par anticipation la fin d’un prêt à la consommation.


Une idée gagnante à tous les coups si l’on compare les taux des prêts actuels avec ceux des rendements des livrets !


2. Ne laissez pas votre argent dormir sur votre compte


À l’heure où l’inflation repart à la hausse (+ 2,1 % sur 2018, selon la Banque de France), votre argent perd chaque jour de sa valeur en restant inactif sur votre compte. Par conséquent, si vous n’envisagez pas de dépenser votre prime de fin d’année, placez là. Où ? À minima sur un produit d’épargne sûr et disponible, tel qu’un livret défiscalisé (livret A, livret de développement durable et solidaire…).


Vous pensez ne pas avoir besoin de cet argent dans l’immédiat ? Si vous en détenez un, vous alimenterez votre ancien PEL rémunéré à 2,5 % brut et plus ou un contrat d’assurance vie.


3. Regardez du côté de votre employeur


Si votre entreprise a mis en place un plan d’épargne d’entreprise (PEE) et/ou un plan d'épargne pour la retraite collectif (Perco) et qu’il a prévu de vous accorder un bonus (on parle « d’abondement ») pour chacun de vos versements, renseignez-vous.


Suivant son montant, qui peut représenter jusqu’à 300 % de votre versement, vous pouvez avoir intérêt à y affecter toute ou partie de votre 13e mois.


Bon à savoir : Il est également possible de stocker votre 13e mois sur le compte épargne temps (CET) de votre entreprise. Un bon plan pour financer plus tard une année sabbatique ou une cessation progressive d’activité au moment de la retraite.


4. Donner pour recevoir


La fin de l’année constitue l’une des périodes de prédilection pour donner libre cours à votre générosité. Pensez-y ! D’un côté, vous ferez des heureux en gâtant par exemple vos petits-enfants et de l’autre, ce « cadeau » entrera dans la catégorie des présents d’usage, c’est-à-dire hors succession et hors impôt.


De même si vous versez à une association d’aide aux personnes en difficulté. Votre geste vous ouvrira droit à une réduction de 75 % des sommes versées dans l’année, jusqu'à 531 euros, et de 66 % au-delà.


Bon à savoir : Vous pouvez aussi donner du sens à votre épargne de fin d’année en privilégiant des fonds solidaires ou de partage.


© Uni-médias - décembre 2018