Besoin de conseils ?

Pour des informations personnalisées prenez
rendez-vous avec
votre conseiller.

Contacter votre conseiller
 

Placements défiscalisants : ne vous trompez pas d'objectif

Décembre 2015
On ne le répétera jamais assez, en matière de placement, la recherche d’une réduction d’impôt ne doit pas être le seul critère de choix. L’épargnant doit rester vigilant, rappelle l’Autorité des marchés financiers (AMF). Voici les deux règles d’or à respecter.

Règle d’or n° 1 : posez-vous les bonnes questions

Comme pour tout placement, avant de vous décider, vous devez répondre à quelques questions essentielles. Quel niveau de risque êtes-vous prêt à accepter ? Sur quelle durée pouvez-vous bloquer votre épargne ? Disposez-vous déjà d’une épargne de précaution ? Avez-vous fait le plein sur les livrets défiscalisés ? S’agit-il d’une épargne projet, destinée à financer un achat immobilier ou automobile, des travaux, un voyage, s’agit-il d’une épargne retraite ? Souhaitez-vous vous constituer un patrimoine, des compléments de revenus, préparer votre succession, protéger vos proches ? Êtes-vous disposé à sortir en rente viagère, ou au contraire voulez-vous pouvoir disposer de votre capital ? Perp, Préfon, contrat retraite Madelin, Sofica, FIP, FCPI, immobilier locatif en loi Pinel, Censi-Bouvard, régime des monuments historiques, SCPI fiscales (SCPI « Malraux », SCPI « déficit foncier »…), souscription au capital de PME… : en fonction des actifs déjà détenus, de vos priorités, de votre situation professionnelle (indépendant, salarié du privé, du public…) et personnelle (marié, séparé, famille recomposée…), ce questionnement vous permettra d’orienter votre épargne sur les placements les mieux adaptés votre profil.

Règle d’or n° 2 : ne dépassez pas le plafond global des niches fiscales

Travaux d’économie d’énergie, emploi d’un salarié à domicile, régime Pinel, Sofica, FIP, FCPI : mis bout à bout, vos avantages fiscaux – réductions et crédits d’impôt – ne peuvent pas excéder 10 000 euros en 2015. Sauf exception, une fois ce seuil dépassé, inutile de continuer à investir si vous cherchez avant tout à alléger la note. Vous n’y avez fiscalement plus intérêt, mieux vaut attendre la remise des compteurs à zéro au 1er janvier 2016.
Faites donc vos comptes, au besoin en vous faisant assister d’un professionnel. Certains dispositifs comme les Sofica et les investissements outre-mer bénéficient d’un plafonnement de 18 000 euros au lieu des 10 000 euros. Quant aux régimes Malraux, déficit foncier, monuments historiques, et les dons à des œuvres, ils ne sont pas concernés par ce plafonnement.
Dans tous les cas, un bilan complet et un calcul fin s’imposent avant d’envisager toute souscription de placement défiscalisant dont, ne l’oubliez pas, une partie de la performance repose sur le rendement fiscal attendu.

Ce Site utilise des Cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres ciblées adaptées à vos centres d'intérêts. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici.