Besoin de conseils ?

Pour des informations personnalisées prenez
rendez-vous avec
votre conseiller.

Contacter votre conseiller
 

Retraites complémentaires : tout ce qui va changer

Février 2016
L'accord signé avec les partenaires sociaux (Medef, CFDT, CFTC, CFE-CGC) en octobre 2015 pour rééquilibrer les comptes de l'Agirc-Arrco réforme en profondeur les régimes de retraite complémentaire. La principale mesure, un système dit de bonus-malus, s'appliquera dès 2019. Elle concerne les salariés nés à compter de 1957 et après, incités à décaler leur départ à la retraite. En attendant, dès cette année, salariés et retraités sont mis à contribution.

Des changements dès 2016

Le prix d'achat du point de retraite pour les salariés augmente. Les retraites, elles, seront sous-indexées au cours des années 2016, 2017 et 2018. Durant ces trois ans, les pensions seront revalorisées annuellement selon l'indice des prix à la consommation, moins un point, sans pouvoir connaître d'évolution négative. En clair, cela se traduira par une perte de pouvoir d'achat pour les retraités. Autre manque à gagner : la date de revalorisation annuelle, habituellement fixée au 1er avril, est désormais décalée au 1er novembre.

Quels changements à partir de 2019 ?

Les salariés nés en 1957 et après qui atteindront l'âge légal de la retraite (62 ans) et la durée de cotisation requise pour prendre leur retraite à taux plein seront incités à travailler une année supplémentaire (4 trimestres de plus), soit jusqu'à 63 ans. À défaut ? Ils supporteront un « malus » pendant 3 ans. C'est-à-dire que s'ils liquident leur retraite complémentaire, ils subiront une décote de 10 % de leur pension pendant trois ans dans la limite de 67 ans. A contrario, un « bonus », applicable pendant un an, est prévu pour ceux qui travailleront plus longtemps. S'ils repoussent leur départ à la retraite d'au moins deux ans (huit trimestres) après avoir rempli les conditions du taux plein, soit jusqu'à 64 ans, pendant un an, ils percevront une pension majorée de 10 %. Le « bonus » passe respectivement à 20 % et à 30 % pour ceux qui attendront trois ans et quatre ans. À noter : ce nouveau dispositif de bonus-malus ne s'appliquera pas aux retraités exonérés de CSG, aux retraités handicapés, aux retraités au titre du dispositif amiante, aux retraités au titre de l'inaptitude, aux retraités qui ont élevé un enfant handicapé, ni aux aidants familiaux.


Pour aller plus loin : Plus d'informations sur le site de l'Agirc et de l'Arrco.

Ce Site utilise des Cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres ciblées adaptées à vos centres d'intérêts. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici.